• EDITO
Le Président de la République lance le chantier de la Cité de la Gastronomie de Dijon

21-03-2017 François Hollande et François Rebsamen, Cité de la Gastronomie de Dijon

L’étude prospective sur les comportements alimentaires en 2025 commandée par le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et dévoilée au début du mois de mars est riche d’enseignement. Le ministère de l’agriculture accompagne la présentation détaillée de l’étude menée par le CREDOC d’un ensemble de 16 fiches particulièrement éclairantes sur des sujets aussi divers mais cruciaux que la lutte contre le gaspillage, l’alimentation durable, les alimentations particulières*, la révolution du digital ou les nouvelles expériences liées à la mondialisation.

Les enquêteurs soulignent dans la synthèse proposée au tour du thème « Recherche de nouvelles occasions de consommation » que notre modèle alimentaire constitue une spécificité française qui « reste solidement ancré dans les mentalités et les pratiques ». C’est ainsi que 75 % des repas des Français sont conviviaux et comme cela a été fréquemment rappelé la moitié d’entre nous sommes à table à 13h contre seulement 10 % des Américains.
Pour autant l’étude insiste sur le risque, à l’horizon 2025, d’une perte de savoir-faire culinaire liée notamment à une recherche plus forte de gain de temps et de praticité des nouvelles générations. Face à ces tendances préoccupantes des campagnes d’information et de promotion du modèle alimentaire français devraient être engagées par les pouvoirs publics.

Des campagnes qui devraient également s’adresser aux nombreux touristes qui, chaque année, sont désireux de « faire l’expérience de notre art de vivre » dont le repas gastronomique où se succèdent les mets accompagnés d’un vin de qualité reste à leurs yeux la plus belle illustration.

Les enquêtes ont permis de confirmer une tendance qui est en résonance immédiate avec l’une des spécificités du repas à savoir le désir de lien social et de convivialité. Le « cuisiné maison » devient une composante essentielle et positive qui favorise la reconnaissance et l’accomplissement de soi. Cet engouement pour la cuisine – souhaitons que l’ultra médiatisation ne contribue à transformer une tendance sociétale forte en un éphémère phénomène de mode – connaissance des développements inattendus tels que les repas chez l’habitant, le partage à la maison ou les repas de quartiers.

Et pour ceux qui pourraient encore douter de la spécificité française du repas l’enquête affirme que le temps moyen consacré chaque jour à l’alimentation a augmenté de 13 minutes entre 1990 et 2010, soit désormais 2heures et 22 minutes !!!

Voir la vidéo du discours du Président : Vidéo du discours du Président de la République à Dijon 21-3-2017

François Hollande lance les travaux de la Cité de la Gastronomie de Dijon, 21/03/2017