• EDITO
Cités de la Gastronomie

La Cité de la Gastronomie de la région capitale dont l’emplacement est prévu aux abords du marché de Rungis doit ouvrir à l’horizon 2024 c’est-à-dire en même temps que l’achèvement des travaux de la ligne M14.
La gare « Cité de la Gastronomie » se trouvera alors à 7 stations de métro de la Bibliothèque F. Mitterrand.
La Société du Grand Paris envisage le déploiement de cette gare comme la porte d’entrée du futur équipement.

Nous avons posé 5 questions à Philippe YVIN, Président du directoire de la Société du Grand Paris

1 – La candidature Paris-Rungis a été retenue pour faire partie du Réseau des Cités de la Gastronomie avec Dijon, Lyon et Tours. Comment la Cité de la Gastronomie s’inscrit-elle dans les projets d’ensemble du Grand Paris ? Le Grand Paris a besoin de projets forts symbolisant la coopération entre tous les acteurs qui veulent soutenir le développement économique et renforcer l’attractivité de la Région Capitale. La cité de la gastronomie en constitue un exemple majeur


2 – Quels sont les enjeux d’un tel équipement pour le Grand Paris ? Ce nouvel équipement illustre les projets de notre époque où se mêlent économie, formation, culture, tourisme privé et d’affaire. Il sera le fleuron de la démonstration de la tradition et des savoir-faire français dans la gastronomie


Impression
3 – Tramway T7, ligne de métro M14, Gare à proximité, l’accessibilité à la Cité de la Gastronomie est un chantier décisif. Pouvez-vous nous préciser le calendrier des travaux ? Le Premier ministre a décidé de réaliser la ligne 14 Sud entre Paris et Orly à l’horizon 2024 nous savons aujourd’hui qu’il faut 9 ans pour réaliser une telle infrastructure. Il n’y a donc pas un instant à perdre. Il faudra soigner l’interconnexion avec le tramway, assurer un traitement de la nationale qui la transforme en avenue métropolitaine du Grand Paris et enterrer la ligne à haute tension pour favoriser la transformation urbaine de ce territoire.


4 – Comment la Société du Grand Paris peut-elle favoriser l’émergence d’ici 2023 d’un équipement qui puisse à la fois allier service public du bien manger, séduction et attractivité touristique et modèle économique performant ? La Société du Grand Paris est à la disposition de tous les partenaires du projet conformément aux missions que lui a fixées la loi. Ensemblier et aménageur elle veut nouer un partenariat avec les collectivités, les établissements publics et les entreprises pour réussir cette belle aventure collective. La cité de la gastronomie s’inscrit aussi dans le projet culturel de la SGP car nous voulons accompagner le projet de transport en racontant le territoire, en mettant en valeur le patrimoine, en favorisant la création.


5- Une inauguration prévue dans 10 ans… quelles sont les prochaines grandes étapes et d’ici là existe-t-il un programme de préfiguration, un « avant-goût » de ce que sera la Cité de la Gastronomie Paris-Rungis ? La cité de la gastronomie de Pairs-Rungis sera un équipement majeur qui devra disposer d’avant-postes dans la Capitale et c’est sur cette base que nous allons avec tous les partenaires du projet constituer un programme de préfiguration qui associe également les centres de formation à l’hôtellerie et la restauration ainsi que les marchés alimentaires au premier rang duquel le marché d’intérêt national de Rungis.